43 ROUTE DE TORIGNI 14240 CAUMONT- L'EVENTE

Cabinet dentaire des Drs PERDIGEON et GUILLON

Chirurgien-Dentiste à CAUMONT L'EVENTE, Calvados

43 ROUTE DE TORIGNI 14240 CAUMONT- L'EVENTE
43 ROUTE DE TORIGNI 14240 CAUMONT- L'EVENTE

Évolution de l'Homme

Évolution de l'Homme

Évolution de l'Homme

Le chaînon manquant ou à la recherche du DAC

Plan général :

 Chapitre I :  Les différentes théories sur l'origine de l'Homme

 Chapitre II : Singe versus Homosapiens : anatomie comparée

Chapitre III : A la recherche du dernier ancêtre commun

 Néandertal

 Homme de Cro-magnon

   Chapitre IV : Le berceau de l'Humanité 

 Chapitre V : Une famille buissonnante

 Chapitre VI : Le dernier ancêtre commun : Tumaï

CHAPITRE I :  LES DIFFERENTES THEORIES SUR L’ORIGINE DE L’HOMME

Depuis des siècles, l’Homme se pose des questions existentielles sur son origine: 

D’où venons-nous? Qui sommes-nous? qui était le premier homme? Comment est-il apparu?       Les singes sont-ils nos ancêtres?  Mais aussi  sommes-nous en mutation? Quel est notre devenir?

Les Cosmogonies, basées sur des récits des origines, les Civilisations, les Mythes et les Religions du monde entier proposent des réponses à ces questions, réponses multiples dont certaines remontent à plusieurs milliers d’années dans le passé.

 1/ Les Mythes antiques 

- Les tablettes Sumériennes : - 4000 / - 3500 ans av J.C .

  De leur contenu émerge l’histoire de nos origines, le mythe de la Genèse.

- Pour les  anciens Egyptiens, ( - 3000 ans ) A partir du monde céleste, NOUN, le créateur,  modèle son corps et devient ATOUM le premier Dieu; puis naissent Chou et Tefnout; puis Ged et Nout .

L’humanité serait  née des larmes de Atoum.

Selon un autre mythe égyptien, Khnoum, le dieu des potiers, aurait façonné avec de l’argile les hommes et tous les animaux.

- Anaximandre, un philosophe grec du VII siècle av JC soutenait que l’homme descendait d’un poisson comme l’ensemble des animaux terrestres.

- Lucrèce, un poète latin du 1er siècle av JC, décrivait comment la terre avait elle-même enfanté hommes et animaux.

2/ Les Religions:   Théorie du créationnisme et du fixisme

L’univers a été créé par Dieu, et tous les êtres vivants habitant la planète ont été créés par Dieu.

Pendant longtemps les théologiens ont mis l’Homme au centre du cosmos, en ignorant les espèces qui nous entouraient, notamment les grands singes.

    a. Le christianisme:

                                         Chapelle Sixtin: Michel Ange en 1512 

Le premier chapitre de la Bible, la Genèse, raconte la création du monde par Dieu. 

Il commence par la terre, le ciel, la lumière, les eaux, les animaux et les plantes.

Puis au 6 ième jour, il crée le premier homme, Adam, à son image, et la première femme, Eve.

Ce premier couple serait à l’origine de tous les humains actuels. 

En 1950, le pape Pie XII affirmait que les savants devaient se tenir « prêts à se soumettre au jugement de l’église, à qui le christ a confié le mandat d’interpréter les Ecritures ».

Toujours selon Pie XII, l’homme avait été créé tel quel « premier père de tous les hommes ». 

Il réaffirme encore ses positions dans une allocution six ans plus tard : « La série des textes de l’Ecriture a le pas sur le système scientifique…c’est la science qui doit se conformer à la Révélation, et non l’inverse ».

En clair: la science ne peut qu’appuyer les textes sacrés, mais en aucun cas les contester; une menace directe aux partisans de la théorie darwiniste de l’évolution.

Aujourd’hui le débat semble se tasser. Ainsi, pour le pape Jean-Paul II, l’Ancien Testament ne doit pas            se lire au premier degré et la théorie de Charles Darwin est « plus qu’une hypothèse ».( 1966 )       

Jean Paul II lors d’un message à l’Académie Pontifical des Sciences en 1996 a reconnu qu’aujourd’hui dans l’état actuel de nos connaissances scientifiques, plus qu’une simple hypothèse, on peut désormais parler de théorie de l’évolution .

Le professeur d’anthropologie de l’Université de Bologne, Francini, également prêtre et vicaire épiscopal, dans le cadre d’une théorie de l’évolution des espèces qui intègre l’espace humaine l’étude de nos plus proches cousins vivants est de première importance. 

«  La branche qui a conduit à l’homme s’est séparée de celle des grands singes à partir d’une souche commune et je crois que l’on doit admettre une certaine parenté. »

b. Pour l’Islam : cette théorie de l’évolution est radicalement rejetée, car contraire à l’enseignement du Coran.

La terre est appelée terre, mais Dieu l’appelle également argile. Lorsqu’elle est mêlée à de l’eau, elle devient de la boue; lorsqu’on la laisse reposer, une partie de son eau s’évapore et elle devient collante, telle une boue qui commence à sécher. Si elle est laissée ainsi, elle dégage bientôt une odeur et sa couleur devient plus foncée, comme l’argile. C’est à partir de cette substance que Dieu a modelé Adam. Son corps, dépourvu d’âme, fut laissé à sécher et devint ce que le Coran appelle l’argile sonnante. Adam fut modelé à partir d’une substance semblable à l’argile utilisée par les potiers; lorsque l’on tape dessus, elle produit un tintement.

«Quand ton Seigneur dit aux anges: «Je vais créer un être humain à partir d’argile sonnante.  Lorsque Je l’aurai bien façonné et que Je lui aurai insufflé de Mon esprit, jetez-vous prosternés devant lui.» (Coran 38:71-72)

L’islam est la religion du savoir, de la science, de la recherche pour mieux comprendre ce qui est à l’origine de la Création et de contempler la puissance du Créateur.

Les mutations, la sélection naturelle, en fait c’est Allah.

c, Autres religions:  il en est de même des Protestants fondamentalistes,  du Judaïsme. 

Ce sont des créationnistes

 3 / Les scientifiques :

   Dans un Monde d’obscurantisme, des précurseurs comme Copernic, Galilé, Newton, avec la théorie de l’Héliocentrisme, ne plaçaient plus la terre au centre du monde mais le soleil.

   Et qu'en était-il des hommes?

 

  Jean – François Champollion dit le jeune ( 1790-1832 ) 

Egyptologue, Conservateur au musée du Louvre  ayant étudié entre autres le grec, le latin, le copte,      il fait un voyage pour une mission scientifique de deux ans, sous le règne de Charles X,  en Egypte pour vérifier son système hiéroglyphique.

Au travers de ses observations, il déchiffra que la création de l’homme n’était pas celle décrite par le catholicisme.

En 1822, il écrit et publie dans sa Lettre à M. le rédacteur de la Revue encyclopédique, relative au zodiaque de Dendérah , où sans s’avancer à donner une date, une hypothèse où il contredit celle de Jean-Baptiste Biot, à savoir l'an -716.  Mais Biot n'est pas le seul à avancer de telles dates.

Ce zodiaque souleva une profonde polémique qui ébranla le monde de la chrétienté. C'est d'ailleurs  pour cette raison qu'on chargea Lelorrain de le rapporter en France. En effet, les nombreuses et   diverses théories de datation du zodiaque de la part des égyptologues mais  aussi des astronomes du XIX siècle, remettaient en question la datation de la Création du Monde  fixée scientifiquement et théologiquement par Nicolas-Lenglet du Fresnoy, en l'an - 2348 souligné de plus par le Déluge qui lui aurait eu lieu 1656 ans plus tard. 

 Buffon et Jean-Baptiste de Monet, chevalier de Lamarck  ( en 1800 ) :

           Buffon fut le premier à comprendre que les espèces peuvent changer parce que les individus varient et pour cela il faut une condition : le temps. Celui qui dépasse le temps des hommes 

( celui de la Bible, qui équivaut à 6000 ans ).

C'est la première histoire naturelle, dégagée de toute théologie depuis Pline l' Ancien.

«  le temps est le grand ouvrier de la nature » Buffon 

Lamark, disciple de Buffon, lui va proposer la première théorie transformiste , l'évolution .

Le concept de base, les espèces ont tendance à changer. Cela se fera dans les facteurs externes aux organismes , l'environnement. 

Lamark s'érigea en faux face à la doctrine chrétienne et développa sa théorie de la «  transformation

 des espèces ». Si l'on s'en tenait aux textes bibliques, les créatures seraient toutes nées ensembles 

et aucunes d'elles n'auraient disparues depuis la Création. Dans ces conditions s'étonna Lamarck, comment vitalistes et créationnistes expliquaient-ils les fossiles et le fait que certains animaux n'aient pas été repris dans « l'Arche de Noé"? Rigoureux dans sa méthode d'analyse, il en conclu que les postulats sacrés étaient des visions mystiques et ne trouveraient jamais d'explications logiques. 

Mais il n'imaginait pas combien son interprétation allait soulever une réaction épidermique chez 

certains intellectuels. 

Lamarck rassembla une collection de plus de 6000 espèces vivantes et plus de 1000 espèces de fossiles             d' invertébrés.

C'est en décrivant et en classant lui-même ces échantillons qu'il découvrit une filiation entre les espèces  passées et présentes. Lamarck admettait l'idée que les espèces dérivaient les unes des autres : "la nature a commencé à l'aide de beaucoup de temps et de circonstances favorables pour former toutes les autres". 

 Dans sa théorie du «transformisme» Lamark ( 1744- 1829 ) suppose que les êtres vivants se modifient sous la pression de l’environnement..

Il imagine même que l’homme pourrait descendre d’une espèce de «quadrumane » , c’est à dire des singes 

 Charles Darwin:

Cette théorie, « l'évolutionnisme » fut reprise et développée par Charles Darwin.

En 1859 il publie son œuvre majeure: « De l'origine des espèces au moyen de la sélection naturelle, ou la préservation des races favorisées dans la lutte pour la vie », une théorie de l'évolution qui disqualifie le dogme chrétien. Elle démontre que toutes les espèces vivantes ont évolué au cours d'une très longue période à partir d'un ancêtre commun. C'est sur elle que s'est fondée la biologie moderne en redéfinissant notre conception du Monde.

Fils de pasteur anglican, il se destine à une carrière ecclésiastique à Cambridge mais prend une année sabbatique à la fin de ses études en 1831. Il s'embarque à 22 ans à bord du Beagle, un break de l'Amirauté britannique pour un long et périlleux voyage autour du monde. Le but, cartographier les côtes  de l'Amérique du Sud. Naturaliste, il va collecter et étudier des centaines de nouvelles espèces, des minéraux, des ossements et une multitude d'échantillons divers. Il collectionne de tout.

 En 1851, la mort de sa fille Annie âgée de 10 ans l’affecte profondément et lui fait perdre toute croyance en un dieu bienveillant  et rédempteur.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                            Charles Darwin ( 1809-1882 ) 

Sur quoi les théories de Darwin s'appuient-elles ?

 1.  La sélection naturelle.

 Parmi tous les individus, certains sont mieux adaptés à leur environnement, vivent plus longtemps et ont plus de descendants que les autres.

L’environnement sélectionne les variations favorables et élimine les autres . 

Si les conditions naturelles changent, la sélection s’oriente différemment, provoquant une transformation des espèces. De ces nombreuses incursions dans la forêt tropicale Darwin décrit une nature indifférente qui élimine les individus mal adaptés et ne garde que ceux qui sont par hasard capables de survivre et de se reproduire.

 Darwin pensait que celle-ci était un monde chaotique.

Darwin se concentrait sur les éléments morts et putréfiés, comme des troncs d'arbres pourris.

Et que de ces éléments morts pouvait resurgir la vie sous une autre forme. Que dans ce monde se livrait une compétition sans merci pour la survie de l'espèce.

« Je ne vois aucune limite au nombre de changements à la beauté, et à l’infini complexité des adaptations des êtres vivants les uns avec les autres et liés avec les conditions de vie, conditions soumises au cours de longues durées, au pouvoir de séduction de la nature ou de la survie du plus apte.»

«  Les espèces qui survivent ne sont pas les plus fortes, ni les plus intelligentes mais celles qui s'adaptent le mieux à l'environnement ».

Sur la côte Est de l'actuelle Argentine, à Bahia Blanca, Darwin met au jour des restes fossilisés           d' énormes mammifères inconnus à cette époque. Comment ces animaux auraient été oubliés par Noé , lors du « déluge ». Pourquoi Dieu aurait-il abandonné ces espèces?

Les éléments fossilisés faisaient-ils partis d'une espèce disparue ou qui aurait tout simplement évoluée ? 

Charles Darwin s'empresse d'envoyer ces ossements à Richard Owen à Londres, grand biologiste anglais, une grande célébrité et spécialiste dans ce domaine. Celui-ci avait été formé à Paris par Georges Cuvier qui avait commencé à recomposer des fossiles géants mis au jour et qui suggérait que des espèces animales entières avaient disparu de la surface du globe.

L'anatomie comparée fondée par Cuvier allait lui fournir un élément de réponse .

L'anatomie comparée est une science qui va permettre de comparer la forme des différents organismes. La profusion de squelettes récoltés et reconstitués est destinée à montrer que derrière cette grande diversité se cache un plan d'organisation profond et unique pour tous ces organismes.

Par la comparaison des formes des différents squelettes, on cherchait à savoir qui était apparenté à qui. Cuvier était convaincu que les membres et organes des différents organismes devaient être apparentés  les uns aux autres. 

Existait-il un plan d'ensemble, de classification ?

Darwin introduit lui aussi la notion de lien entre les espèces ; qui est apparenté entre une espèce et une autre. L'idée de classification naturelle va être fondamental aussi pour Darwin .

En 1821, Charles Darwin avait déjà recomposé notre famille!

Lors de ses incursions dans la forêt tropicale Darwin pensait que celle-ci était un monde chaotique.

Darwin se concentrait sur les éléments morts et putréfiés, comme des troncs d'arbres pourris.

Et que de ces éléments morts pouvait resurgir la vie sous une autre forme. Que dans ce monde se livrait une compétition sans merci pour la survie de l'espèce.

En biologie, l’évolution est la transformation des espèces vivantes qui se manifeste par des changements de leurs caractères génétiques et morphologiques au cours des générations.                  Les changements successifs peuvent aboutir à la formation de nouvelles espèces, des formes intermédiaires constituants des chaînons de transition entre toutes les espèces vivantes et les espèces perdues.     

  Pour lui l'évolution devait mener vers des espèces de plus en plus évoluées, et bien que cette théorie ne s'applique pas à l'homme, puisqu'il n'y ait pas nommé, on peut néanmoins implicitement supposer que cette théorie lui soit aussi destinée.

Cette théorie explique les processus évolutifs en attribuant une place prépondérante à la sélection naturelle à laquelle s'ajoute un facteur chance : ( des événements imprévisibles et indépendants des traits génétiques des populations, vont pouvoir orienter le cours de l'évolution).

2/ Le facteur environnemental :

De nouveaux doutes apparus lors d' une escale à l'extrême sud de l'Amérique du Sud ( actuel Chili ) en Patagonie. Darwin fut consterné par la première rencontre avec la population locale primitive qui avait peu évoluée, comment ils luttaient contre leur environnement et se battaient entre eux.

«  Je crois que dans cette pointe extrême de l'Amérique du Sud l'homme s'améliore plus lentement que dans d'autres parties du globe. Dans son environnement naturel, l'homme primitif est semblable à un animal sauvage, quelque chose que l'on doit craindre ».

Nos ancêtres devaient vivre ainsi.

La division entre humains et animaux n'était plus aussi absolue que les théologiens et philosophes avaient prétendus.

L'homme était une créature façonnée par son environnement

Darwin dira plusieurs années après : 

« Dans son arrogance l'homme se voit lui-même comme une merveilleuse création digne de l'intervention divine; il semblerait plus modeste et à mon sens plus proche de la vérité s'il se voyait lui-même descendant d'animal »

3. La variation 

Pour Darwin, deux mécanismes fondamentaux expliquent l’évolution, la variation et la sélection naturelle. Le premier mécanisme est la variabilité des individus dans chaque espèce.

En 1835, Darwin a 26 ans, après quelques semaines dans les îles Galapagos, il observe que l'histoire naturelle de ces îles était curieuse. La plupart des plantes et des animaux examinés avaient des liens de parentés avec les espèces d'Amérique du Sud mais qu'ils étaient nettement distincts d'une île à l'autre. 

Darwin est saisi par la diversité des pinçons, oiseaux venus d'une souche unique d'Amérique du Sud, mais qui vont présenter des particularités de plumage, de bec, de taille, de vitesse, divergences liées aux conditions particulières de chaque ilot.

Il peut y avoir des modifications.

« Je n'ai pas de réponse à ce mystère mais je suis convaincu que dans des périodes géologiques récentes chaque forme de vie a évolué d'une manière ou d'une autre ».

Cette théorie prouvait que les espèces n’étaient pas immuables. Cette pensée était hérétique.

Parce que c'était écrit dans la Bible, nous étions convaincus jusque là que l'être vivant n'avait pas changé depuis la création.

En affirmant au contraire que les espèces animales et végétales ont évolué en s'adaptant au milieu Darwin allait provoquer un scandale.

4/ L'arbre de vie généalogique : 

Une autre théorie qu'il développe : c'est l'arbre de vie où le processus de l'évolution se développe dans toutes les directions. Il n'y a plus de destination unique, pas de finalité. 

L'évolution n'a pas de but.

De son voyage Darwin ramena des  collections compos »es de centaines de crânes d’humains et de grands singes. Ces crânes étaient remarquablement similaires et Darwin plaçait l'Homme non plus au sommet de l'arbre de vie, mais sur une branche similaire à celles des singes.

Pour autant Darwin, caricaturé, n'a jamais dit que l'homme descendait du singe. Il a simplement dit que l' Homme appartenait au groupe des Primates..

Déjà il notait une filiation entre le singe et l'homme.

"Il était donc probable que l'Afrique était autrefois habité par des singes aujourd'hui disparus, étroitement apparentés au gorille et au chimpanzé; comme ces deux espèces sont maintenant les plus proches de l'homme, nos lointains ancêtres ont sans doute vécu sur le continent africain plutôt qu'en un autre lieu". 

Il avait ainsi, bien avant que des preuves ne soient trouvées, imaginé un ancêtre commun aux singes et à l'homme.

Darwin avait su voir le lien de parenté proche qui unit l'homme et les grands singes. 

Ce livre reçu un large écho et fut autant discuté dans le milieu scientifique que dans les cercles privés. Parce que c'était écrit dans la Bible, nous étions convaincus jusque là que l'être vivant n'avait pas changé depuis la création. En affirmant au contraire que les espèces animales et végétales ont évolué en s'adaptant au milieu, Darwin allait provoquer un scandale.

Darwin fut sous les feux croisés des théologiens .

Pour les milieux religieux, Darwin attaque directement leurs croyances puisqu’il nie l’enseignement de la Bible.

Darwin a conscience que ses idées vont à l’encontre des dogmes du christianisme.

Il écrit: « Si un jour je devais publier des extraits de mes cahiers , je serai crucifié »

Pour certains naturalistes de l’époque, les mécanismes de l’évolution s’appliquent très bien aux animaux mais pas du tout à l’Homme qui doit nécessairement avoir une origine différente!

Il est devenu le sujet d’un débat public à cause de ce qui n’était pas mentionné . 

L’origine des espèces de Darwin ne mentionne pas Dieu, et le livre ne parle pas des hommes. 

On voulait en savoir plus. Darwin proposait-il une théorie athée de la nature? . Proposait-il que tous les humains descendaient des singes? Darwin proposait un ancêtre commun à toutes les espèces vivantes. Il n’y avait pas de hiérarchie, l’homme n’était ni supérieur, ni inférieur à toutes les créatures.

La vision de Darwin serait celle d'un ancêtre unique et commun à tout organisme vivant aujourd'hui.

Qu’en est-il de l’Homme ?

Aujourd'hui, les analyses ADN permettent de remettre l'homme à sa place, parmi les autres primates.

L'homme et les grands singes ne sont que des cousins éloignés avec un ancêtre commun.

Cette division commença environ 16 Ma avant notre ère pour donner l’espèce des orangs-outans.

A – 8 Ma la branche des gorilles , à – 6 Ma les branches des chimpanzés et des bonobos.

La différence génétique entre l’homme et le bonobo est de l’ordre de 1 à 2%.

Génétiquement le chimpanzé est aussi proche de l’homme que le bonobo mais ce n’est pas pour autant l’ancêtre commun de la lignée humaine

Parallèlement nos ancêtres continuèrent leur évolution pour aboutir à l’homme moderne

On peut affirmer aujourd'hui qu'à l'instar de l'homme de Néandertal des espèces plus anciennes d'hominidés ont existé et ont peuplé simultanément la terre même si aucune n'a survécu jusqu'à ce jour.

A ce jour, il y a 7 millions d'année nous trouvons l'ancêtre commun le plus ancien de l'homme, le chimpanzé et le singe bonobo. Les embranchements du gorille et de l'ourang-outan sont venus beaucoup plus tôt. 

Source : Science et vie : « le grand voyage de charles Darwin »

         Aux origines de l’humanité ; les premiers pas , du singe à l’homme comment avons-nous évolué ? 

BOUCHER DE PERTHES ( 1788- 1868 )

 

C’est le douanier Jacques Boucher de Perthes qui fonde les bases de la préhistoire. Pendant près de 10 ans, il fouille les carrières de la Somme dans lesquelles il trouve des milliers de silex et d’os de grands mammifères .

Ce silex est façonné par les hommes dans une période antédiluvienne, antérieure au déluge décrit dans la Bible.

Cette histoire est avant l’histoire, une préhistoire. 

En 1859, après la publication d’un deuxième livre, il parvient à intéresser les savants anglais qui reconnaissent l’ancienneté des outils qu’il a trouvé. Les savants français sont finalement convaincus et créent la même année la société de paléoanthropologie ( « Etude de l’origine et de l’évolution de la lignée humaine » ) de Paris

Alors, quand est-il aujourd’hui? Quel courant de pensée anime nos paléoanthropologues ? 

Pour Pascal Picq l’homme fait partie de la grande famille des hominoïdes, dont font partie les grands singes, proches de nous.

«  La science a décentré l’Homme du centre du Cosmos, là où tous les mythes nous avaient mis ». 

Pour Pascal Picq : «L’Homme et le chimpanzé sont parents. L’Homme ne descend pas du singe, l’Homme fait partie des singes.»

                    www. Hominides.com 

La filiation linéaire ( l’Homme descend du singe) couramment enseignée en primaire n’est plus d’actualité.

Pour Pascal Picq cette représentation est plus une arborescence.

Nous avons plus simplement des relations de parenté avec les singes.

Le plus proche de nous étant le chimpanzé Bonobo, nous pouvons supposer que nous ayons un parent exclusif qui est le dernier ancêtre commun ( le DAC ) 

Le singe des philosophes et des théologiens n’est pas le singe des naturalistes et des évolutionnistes.

Conclusion : 

Science et religion appartiennent en fait à deux domaines différents de la pensée humaine.

Pour les théologiens, l’Homme n’est pas dû au hasard  mais est l’oeuvre d’un esprit supérieur. 

Pour les scientifiques et évolutionnistes il n’est la conséquence que d’une évolution naturelle sous la dépendance de l’environnement et des mutations. Et si la course effrénée des paléoanthropologues à la découverte de notre ancêtre commun les ont poussé à remonter le couloir du temps de 7 millions d'années à ce jour, qu'en est-il de l'origine de la vie, de l’origine de la cellule unique, de l'origine de l’Univers ?. Dieu y serait-il pour quelque chose ?

Nous poursuivrons notre questionnement dans un prochain chapitre ; Qui sont les singes ?

Bibliographie : 

 Evolution : L'histoire de l'Homme d'Alice Roberts  Ed Delachaux et Niestlé 2012 

 Les Ancêtres de l'Homme . De Priscilla Bayle et Anne Delagnes  Ed  Confluences 2014

 Au cours de la Préhistoire : chasseurs et artistes de Doris Vialon Ed  découvertes Gallimard 1996

 La Préhistoire de l'homme : de GP Panini  Ed Hachette 1978

 La vie des hommes de la Préhistoire, de Brigitte et Gilles Delluc Ed  Ouest-France 2012

 La préhistoire des hommes  de JB Panafieu Ed Milan 2013

 Faire du feu comme nos ancêtres de Jacky Parmentier Ed Eyrolles 2003

 outils préhistoriques : du galet taillé au bistouri d'obsidienne de JP Piel Desruisseaux Ed Dunod 2013

 Musée de la Préhistoire des Eyzies ( Dordogne ) 

 Musée de Tautavel ( Languedoc- Rousillon ) 

 Musée de l'Homme ( Paris ) 

 Grottes de Font de Gaume et combarelles ( Dordogne ) 

 Grotte de Lascaux 

 Dvd «  Lodyssée de l'espèce » par Jacques MALATERRE 

 Dvd «  Toumaï » le nouvel ancêtre de Pierre Stine  de Pierre STINE

 Science et vie : « le grand voyage de charles Darwin » .

 Darwin : 2000 ans d'histoire avec Pascal Picq ( France Inter ) 

 La canine des hominidés : une approche anthropologique : pascal PICQ . Collège de France.

 Aux origines de l’humanité : les premiers pas , du singe à l’homme, comment avons-nous évolué ?

 Analyse occlusale d’écoliers indigènes d’Amazonie  ( Bedoya a, Rivera S , Triana F.E. ) 

 Wikipédia

 www.hominides.com

Dernière mise à jour le: 03/09/2020

Le Dr Christian PERDIGEON pratique l'orthodontie et la prothèse sur implants dans le Calvados.